Dessins - Plaisirs

image de tubes de peinture

Tout savoir sur l’huile de vos tubes de peinture

Connaissez-vous la composition de la peinture contenue dans vos tubes ?

Elle contient des pigments, de l’huile et parfois d’autres produits. Dans cet article, je vais vous parler de l’huile.

D’après vous, quelle huile est utilisée dans vos tubes ? Huile de lin ? d’œillette ? de noix ? De l’huile de carthame ou de poisson ? Vos tubes ne contiennent qu’une seule huile ou un mélange ? Huile crue ou cuite ?

 Cela n’a aucune importance me direz-vous?

Et bien si, cela peut avoir de l’importance. Chaque huile peut agir différemment sur votre tableau. Une huile de mauvaise qualité ou mal utilisée peut jouer sur le temps de séchage de vos couleurs et peut, en conséquence, provoquer de l’embu. Elle joue aussi sur la conservation de votre peinture dans le tube ou sur votre palette.

En fait, cela a surtout de l’importance si votre tableau contient plusieurs couches de peinture. Cela influe moins sur une peinture Alla prima.

Revenons aux différentes huiles que j’ai cité plus haut :

Les différentes huiles

L’huile de poisson

Huile de très mauvaise qualité qui n’est utilisée que pour arnaquer le client.

L’huile de carthame

Cette huile est de plus en plus utilisée, probablement parce que moins chère. Mais Xavier de Langlais  ne la recommande pas dans son livre intitulé ‘ La technique de la peinture à l’huile‘. Il semblerait qu’elle forme une pellicule dure et cassante peu recommandée en  peinture à l’huile.

L’huile d’œillette

Cette huile a un défaut et des avantages :

  • Défaut : Il lui faut beaucoup de temps pour ‘sécher’ ce qui est un gros handicape en peinture. D’après certains, cette huile ferait même poisser certaines couleurs indéfiniment. J’utilise l’huile d’œillette et je n’ai pas remarqué qu’elle faisait poisser mes couleurs.  Il est aussi vrai qu’en tant que débutante….. je n’ai pas assez de recul pour savoir si ma peinture va s’abîmer ou non.
  • Qualité : Et bien justement…. elle met plus de temps pour durcir et cela me permet de travailler comme je le souhaite car je suis débutante en peinture à l’huile et je suis très lente.  C’est aussi pour cette raison que cette huile est utilisée dans les tubes de peinture : le contenu des tubes s’abîme beaucoup moins ! Autre qualité : c’est une huile qui ne jaunit pas ou presque pas ! Elle est donc conseillée avec le blanc et surtout le blanc de plomb qui sèche très vite (mais interdit en France, si mes renseignements sont corrects).

 L’huile de lin

C’est l’huile la plus utilisée à l’heure actuelle  dans les médiums à peindre. Elle ‘sèche’ rapidement mais a un gros défaut : elle jaunit ! Cela n’a pas trop d’importance pour vos couleurs foncées mais par contre, c’est dommageable pour les couleurs claires. C’est la raison pour laquelle elle est peu employée dans les tubes pour ces couleurs ! J’ai un tube de peinture ‘Jaune de Naples’ qui contient de l’huile de lin couplée à de l’huile d’œillette pour limiter l’effet de jaunissement.

L’huile de noix

 Non, je vous rassure…. je ne me suis pas trompée entre un article sur l’art visuel et l’art culinaire, même s’ils utilisent tous les deux les principes de l’alchimie. L’huile de noix était très utilisée à l’époque de Jan Van Eyck. elle sèche rapidement est surtout correctement au niveau des couches. On ne l’utilise plus que rarement car on lui reproche de jaunir. En fait, cette huile était cuite et c’est seulement cuite que vous devez l’utiliser pour vos couleurs. Par contre, elle n’est jamais utilisée dans les tubes de peinture car elle est très siccative (sèche très vite) et ne convient pas pour les tubes de peinture en vente dans le commerce. Il faut dire que les anciens ne connaissaient pas du tout les tubes de peinture qui est une découverte récente. Les peintres broyaient eux mêmes leurs pigments et mettaient les pâtes de peinture dans des vessies d’animaux. Ils les utilisaient très rapidement pour ne pas qu’elles s’oxydent.

 Petite digression :

L’huile de noix est de plus en plus utilisez par les …. américains ! Ils ont compris que c’est en regardant ce que nos ancêtres ont fait de mieux que l’on peut progresser alors que nombre de français ne veulent pas regarder dans le passé pour s’améliorer. Ils ont donc oublié beaucoup du savoir-faire élémentaire de nos ancêtres et c’est très dommageable pour notre culture. Ne pas oublier qu’il n’y a pas de futur sans passé !

Huile pure ou en mélange

Comme je vous l’ai indiqué un peu plus haut, on peut trouver des mélanges d’huiles dans les tubes de peinture : cela ne pose pas de problème mais on fera attention que les inconvénients de l’un ne nuisent pas aux avantages de l’autre.

Huile crue ou cuite

Une huile cuite est plus siccative (jusqu’à deux fois plus) qu’une huile crue (sauf peut être pour l’huile polymérisée). Elle a aussi d’autres avantages  : Elle est plus brillante et plus visqueuse. Le fait d’être plus visqueuse fait qu’elle ‘s’arrondit’ d’avantage sous vos pinceaux et pour moi, c’est un plus !

On a vu qu’une plus grande siccativité est un inconvénient pour les commerçants, la peinture ayant une durée de vie plus courte dans le tube. Donc, pas d’huile cuite dans les tubes. Mais vous, peintres, c’est un gain très important pour ceux qui veulent faire de la peinture ‘à l’ancienne’. Deux solutions s’offrent à vous pour y remédier :

  • Vous achetez des tubes de peinture dans le commerce : je vous conseille vivement de ‘déshuiler’ votre pâte de peinture pour ensuite lui rajouter un autre agglutinant. Pour retirer un maximum d’huile de ma pâte de peinture, je la pose pendant un moment sur une feuille de papier non pelucheux qui va absorber l’huile. Normalement, une dizaine de minutes suffit. Ensuite il existe de nombreuses possibilités  pour réaliser votre propre mixture.
  • Vous achetez des pigments et vous broyez vous même vos couleurs en y ajoutant un agglutinant ! C’est long, pénible, mais très gratifiant parait-il !

Je tiens à mettre en garde mes lecteurs qui voudraient cuire eux-mêmes leurs huiles :

Cela peut être dangereux ! Les huiles doivent être cuites avec un minimum de précaution. Je ne vous conseille donc pas de les cuire vous même sans avoir pris les précautions d’usage et vous être bien renseignés. Vous n’essayez pas de faire des frites mais de créer un produit utile en peinture. Chaque huile a sa propre température d’ébullition et il vous faut le matériel adéquate. Vous risquez de mettre le feu si vous faites n’importe quoi !

En conclusion : Si vous voulez une plus grande siccativité de votre peinture. Si vous voulez réaliser des tableaux qui durent dans le temps. Si vous voulez une peinture plus brillante et qui s’arrondit mieux sous le pinceau : ne mettez pas d’huile crue dans votre pâte de peinture !

 Si vous avez des questions ou des précisions à apporter, n’hésitez pas, les commentaires sont là pour cela !

 

 

Laisser un commentaire, cela me fera plaisir.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

17 commentaires sur "Tout savoir sur l’huile de vos tubes de peinture".

Publicité

Les Catégories du site :