Logo de Dessins et Plaisirs
image des formats de papier A

Le support papier

Le papier est le support privilégié des dessinateurs. Bien sûr, ce n’est pas le seul mais c’est probablement le plus pratique. Cependant, il existe tellement de papiers différents qu’il peut être difficile de faire un choix. Celui qui désire apprendre à dessiner doit connaître ce qui différencie les papiers entre eux.

Nous allons parler de :

Un peu d’histoire

Le mot papier viendrait du latin ‘papyrus’ mais son origine, sa fabrication, viennent de Chine et daterait du IIIème siècle avant J.C. Il a été utilisé bien plus tard par les Arabes au XVIIIème siècle au grès des différentes guerres puis ensuite en Europe. C’est avec Gutenberg et la création de l’imprimerie que le papier se développa le plus en France ainsi qu’à l’ère de l’industrialisation.

La composition du papier

Le papier peut différer selon sa composition : Il est principalement végétal, obtenu dans l’antiquité à partir du lin, ou du chanvre, du bambou mais aussi des fibres de bois. Par la suite, on y incorpora des chiffons. De nos jours, le papier peut aussi être fabriqué à base de coton pour certains types de papier mais on utilise surtout du bois.

L’acidité du papier

La papier peut être acide à cause de différents facteurs. La composition même du papier est en cause car il contient très souvent de l’alun-colophane (à partir de 1830 environ) pour l’encollage ainsi que de la lignine et des produits chimiques. La chaleur et la lumière vont accélérer ce phénomène. C’est d’ailleurs le cas sur une vieille encyclopédie que je possède.
Pour la conservation de vos travaux, cela a énormément d’importance. En effet, le papier acide se conserve moins bien car l’acidité va provoquer des tâches brunes sur la surface du papier et peut aussi le rendre cassant. Donc, si vous voulez garder un dessin pendant de longues années, autant utiliser un papier non-acide dit à ‘pH neutre’. Le papier à base de coton se conserve le mieux. Viennent ensuite les papiers 100% cellulose sans acide et à base alcaline. A base alcaline signifie que l’on a rajouté un produit alcalin au papier pour supporter un environnement acide (et oui, l’atmosphère peut être acide à cause de la pollution mais aussi des encres et autres produits lorsqu’on dessine ou écrit dessus).

Il existe plusieurs sortes de papiers qui peuvent différer selon leur composition ainsi que leur poids. Tout dépend en fait de l’utilisation que vous comptez en faire.

Les différences selon les papiers

Les différentes appellations selon le format

En France, normalement, on se réfère à la norme AFNOR lorsque l’on veut suivre la réglementation. Mais hélas, pour obtenir le texte des normes AFNOR, il faut payer ! N’en ayant pas les moyens, j’ai fait comme tout le monde, je me suis tournée vers le net et après quelques recherches, j’ai mis sous forme de tableau les données que j’ai pu récolter :

Les formats français
Noms Format en cm
Cloche 30 x 40
Pot ou Écolier 31 x 40
Tellière 34 x 44
Demi-raisin 32,5 x 50
Couronne Écriture 36 x 46
Couronne Édition 37 x 47
Roberto 39 x 50
Écu 40 x 52
Coquille 44 x 56
Carré 45 x 56
Cavalier 46 x 62
Raisin 50 x 65
Jésus 56 x 76
Soleil 60 x 80
Le Colombier 60 x 80
Le Colombier commercial 63 x 90
Double raisin 65 x 100
Petit Aigle 70 x 94
Grand Aigle 75 x 106
Grand Monde 90 x 126
Univers 100 x 130

Il existe aussi une norme internationale et c’est celle que vous rencontrez dans votre vie de tous les jours : le format ISO (International Standard Organization). Le format que l’on utilise le plus souvent est la série A du format ISO. Vous le connaissez bien, c’est le format commençant par la lettre A (A0,A1,A2,…). A0 est le format le plus grand 84,1 cm par 118,9 cm. Vous coupez ce format en deux et vous obtenez le format A1 et ainsi de suite (voir le schéma).

Norme internationale ISO 216 série A
Noms Format en cm
A0 84,1 x 118,9
A1 59,4 x 84,1
A2 42 x 59,4
A3 29,7 x 42
A4 21 x 29,7
A5 14,8 x 21
A6 10,5 x 14,8
A7 7,4 x 10,5
A8 5,2 x 7,4
A9 3,7 x 5,2
A10 2,6 x 3,7

Les différents grains

Le grain torchon : le papier a une texture en relief très prononcée. Il permet des effets qui peuvent être intéressants mais vous perdez en détail, en précision.

image des formats de papier A
Le format de papier série A – illustration de Sven

le grain fin : Sa texture est fine, homogène ce qui lui donne un aspect lisse. Il est probablement le papier que l’on utilise le plus en dessin. D’ailleurs, c’est celui que j’utilise en règle générale sauf pour mes portraits réalistes.

Le papier à grain satiné :Très doux au touché, il ne comporte pas du tout d’aspérité. Attention, si vous insistez trop avec votre crayon graphite, vous pouvez avoir un effet de miroir assez déplaisant. Par contre, il est très bon pour les détails. J’utilise ce type de papier (Bristol) pour réaliser une grande partie de mes portraits réalistes.

Le papier a deux faces dont l’une est souvent plus granuleuse que l’autre. J’utilise presque toujours le verso car il est plus lisse que le recto. Attention donc à la face de papier que vous utilisez, cela peut avoir de l’importance.

Les différences de grammage

En France, il s’agit du poids d’un papier au mètre carré et on parle de g/m². Plus le g/m² est élevé est moins vous avez de risque de voir le papier gondoler au contact de l’eau ou de s’abîmer lors de gommage intensif. Le poids peut varier de 60g à 650 g/m².

Le papier de 60g/m² est, par exemple, le papier pour machine à écrire ou pour imprimante. On trouve aussi du 80 g/m². Le 125 g/m² est classique pour du dessin au crayon graphite. Comptez au minimum 200 g/m² pour du papier pour aquarelle (si vous ne tendez pas votre feuille). Il semblerait que le 300 g/m² soit plus adapté pour les débutants dans cette technique. Le papier de plus fort grammage est pour des utilisations spéciales comme des techniques utilisant beaucoup d’eau.

Quel papier pour quel usage

Le papier machine de 80g/m² ou moins : je l’utilise beaucoup pour les exercices mais aussi pour le travail préparatoire. En effet, comme il est très fin, on peut voir à travers par transparence grâce à une table lumineuse. C’est très pratique dans certains cas. Évidemment, l’autre avantage est son faible prix par rapport aux autres papiers.

Le papier de plus ou moins 125g/m² : Papier à dessin standard. Assez épais pour résister au gommage et peut être mouillé pour être tendu sur un support. Attention, il faut obligatoirement le tendre sinon, il gondole. J’utilise ce papier pour la plupart de mes dessins et même pour les exercices de peinture à l’huile, une fois tendu et enduit de plusieurs couches de gesso.

Le papier de 200 g/m² et plus : Comme je l’indique plus haut, il est surtout destiné à des techniques utilisant beaucoup d’eau comme l’aquarelle. Cela permet aussi d’avoir un papier qui se tient mieux.

N’adaptez pas vos dessins au format de votre papier, mais faites plutôt le contraire : réfléchissez d’abord à votre dessin (phase préparatoire) puis choisissez le type de papier par rapport à votre futur dessin.

Laisser un commentaire, cela me fera plaisir.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.